Présentation

Quelques mots pour commencer à faire connaissance

 

“ J’aime capturer les jolies choses dans de belles images pour pouvoir les partager „

 

HELLO ! JE SUIS EMILIE

 

J’ai toujours été fascinée par les images et par toutes les formes d’esthétisme. Quand j’étais plus jeune, je découpais les photos des magazines et je les conservais dans un classeur. Elles étaient pour moi des sources d’inspiration. Aujourd’hui je ne collectionne plus les images, je les fabrique : je joue avec la lumière et les ombres, je sélectionne avec soin des éléments de stylisme, je compose des ambiances… J’ai trouvé mon style : à la fois doux et contrasté, vivant et authentique, esthétique et poétique.Je raconte des histoires gourmandes pour faire naître la curiosité et l’envie d’essayer. Je saisis les visages espérant toujours montrer la beauté que je vois en chacun. Je fige en une fraction de seconde le mouvement des comédiens en essayant toujours de rester fidèle à l’histoire qu’ils racontent.

 

MON PARCOURS

J’ai toujours eu des appareils photo. Mon père m’a offert son Canon AE1 quand j’avais 15 ans. Mais je n’ai pas toujours été photographe.

Avant de créer le studio Pixellie, j’ai été juriste, spécialisée en droit maritime, pendant 9 ans. A la naissance de mon troisième enfant, j’ai eu l’opportunité de quitter mon poste de cadre et de suivre une formation en infographie et multimédia. A l’issue de cette formation j’ai fait la rencontre de mon premier client, le père d’un ami de mes enfants. Il a su que j’avais un blog culinaire et il cherchait justement une styliste. Il m’a demandé de réaliser la photo d’un gros gâteau de Pâques. Cela lui a plu et il m’a confié la partie stylisme de ses projets pour Vahiné. C’est comme ça qu’a commencé ma nouvelle vie de photographe, grâce au culinaire.

©Pixellie - Emilie Munck Montuclard

Je crois au pouvoir des images. Je crois au pouvoir de l’exemple. Je crois au pouvoir des histoires.
Je crois que la qualité a bien plus d’impact que la quantité, qu’une belle image peut convaincre bien mieux qu’un long discours et qu’une mauvaise image est toujours un mauvais choix.
Je crois qu’une belle image peut susciter toutes les envies.

LE CULINAIRE

Petite, je détestais les légumes. Ma mère n’aimait pas les cuisiner. Je mangeais finalement de la viande par défaut et parce qu’on m’avait convaincue que j’en avais besoin pour vivre. Je sais aujourd’hui que c’est faux. Aucun animal n’a besoin de mourir pour me permettre de vivre. J’ai appris beaucoup sur l’alimentation et j’ai découvert une multitude de légumes et produits végétaux que je prends plaisir à cuisiner. Je suis aujourd’hui une végétarienne épicurienne. Je sais composer des assiettes à la fois équilibrées et savoureuses. J’aime jouer avec les textures, les goûts et les couleurs. Mes placards sont remplis d’épices et ma bibliothèque de livres sur la nutrition.

 

LES PORTRAITS

Je m’essaye depuis quelques temps aux portraits, en lumière naturelle ou en studio, persuadée de pouvoir trouver de la beauté dans chaque visage, chaque regard, chaque expression. Je retouche assez peu mes photos de portrait, mon idée étant de montrer les gens beaux tels qu’ils sont. J’estime que j’ai réussi quand mon modèle me dit : « mais c’est vraiment moi ça ! »

 

L’ART VIVANT

C’est par hasard, en suivant des amis dans les coulisses d’un théâtre, que je suis devenue photographe de spectacles. Je passe ainsi d’un monde figé à un monde en mouvement, des flashs des studios aux poursuites de la scène, du prévisible à l’inattendu. Et j’adore ! Saisir le mouvement et l’émotion pour immortaliser l’éphémère. Tout comme les comédiens, la photographe que je suis devient passeur d’histoire, je raconte sans mots à travers mon regard.

« La Mécanique du Coeur » (de Mathias Malzieu, merveilleusement bien adaptée par Coralie Jayne et jouée par la Cie Le Moineau) a été ma première inspiration. Puis « La Machine à explorer le temps » (de H. G. Wells, adapté par Gregory Baud et mise en scène par Mylène Crouzilles) ; « La Mouette » (de Tchekhov, mise en scène par Clara Cirera pour ses élèves de la Compagnie Cri’Arts)…

Depuis 2017, je couvre la cérémonie parisienne de remise des P’tits Molières. Et j’ai rejoint avec beaucoup d’enthousiasme la Compagnie Nice To Meet You pour accompagner ses différents projets et performances.

 

MA FAÇON DE TRAVAILLER

J’aime photographier à la lumière du jour.
De 9:00 à 18:00 en été.
Et de 10:00 à 16:00 en hiver.
Je dispose bien sûr d’un bon matériel d’éclairage pour compenser les jours sombres ou terminer une image quand le soleil s’est couché. Je ne laisse jamais un set de côté avant de l’avoir terminé.

 

→ Dans cet article, je vous explique notamment comment je réalise une photographie de recette : comprendre ce que coûte une photographie culinaire

 

Quand je ne photographie pas, je continue à travailler pour vous : je traite les photos déjà prises, je prépare les prochaines, je rédige les recettes, je cherche de nouvelles idées…
Je m’occupe aussi du bon fonctionnement administratif et matériel de ma société.
Et puis je suis régulièrement des formations : en photographie, en édition, en marketing, en nutrition…

Je fais en sorte d’avoir toujours plus d’outils et les meilleurs compétences pour vous accompagner au mieux.

 

« Photographier, c’est conférer de l’importance »

Susan Sontag